Welcome Message
Bienvenue sur Emily Blunt Daily, votre première source francophone concernant l'actrice britannique Emily Blunt connue pour ses rôles dans The Devil Wears Prada, The Young Victoria, Edge of Tomorrow, Sicario, The Girl On The Train, A Quiet Place & Mary Poppins Returns. vous pourrez suivre sur le site tout l'actualité professionnelle de l'actrice à travers différents supports, tels que des photos, des videos, des articles. Je vous souhaite à tous une excellente visite sur le site.
Latest Images

Emily Blunt & sa styliste Jessica Paster font la couverture de The Hollywood Reporter pour l’édition du 13 mars présentant les 25 stylistes les plus influents à Hollywood en 2019. Je vous propose de découvrir la couverture, ainsi que deux photos du photoshoot dans la galerie.

Découvrez l’interview de l’actrice et de la styliste avec le magazine, elles évoquent les différents looks d’Emily et son évolution. Je vous ai traduit leurs propos ainsi que le texte qui accompagnait la vidéo. Bonne lecture.


EMILY : Bonjour, je suis Emily Blunt!
JESSICA : Bonjour, je suis Jessica Paster et nous allons vous parler de l’évolution du style d’Emily.
JESSICA : Le premier look était aux BAFTAS en 2008. Ce que j’ai toujours aimé à propos d’Emily c’est que les vêtements lui vont d’une très belle façon, donc nous avons choisit cette magnifique robe Marc Bouwer.
EMILY : J’étais effrayé à l’idée de porté quelque chose de trop fou à ce point.
JESSICA : Ah, cette Dolce & Gabbana. Après, quatre actrices ont essayé de recréer la même robe dans différentes couleurs.
EMILY : N’essayez pas mesdames.
JESSICA : La robe Prada pour Edge of Tomorrow.
EMILY : Nous avons fait trois avant-première en 24h et c’était la dernière.
JESSICA : Celle ci était une Oseman, c’était une robe longue que nous avons coupé parce que nous voulions quelque chose de plus frais.
EMILY : C’était la première ça, [des trois premières en un jours] c’était à Londres. Regardez comme j’ai l’air fraîche et heureuse.
JESSICA : Encore une fois nous avons joué avec les couleurs.
EMILY : J’adore les couleurs et les motifs.
JESSICA : Et c’est une évolution, parce que au début Emily aimait les couleurs simples, les robes perlés.

EMILY : Ajusté et perlé, c’était comme ça que j’étais.
JESSICA : Celle ci c’était la Alexander McQueen.
EMILY : L’une des mes préférée.
JESSICA : Sarah Burton d’Alexander McQueen lui a offert cette robe et …
EMILY : C’est comme un musée, c’est vraiment incroyable.
JESSICA : C’est une pièce de musée, j’aime tout, de la tête aux pieds.
JESSICA : La prochaine, c’est Michael Kors.
EMILY : Tu sais ce que Stephen Colbert m’a dit sur cette tenue?
STEPHEN COLBERT : J’aime le pantalon et tout le reste, on dirait Captain Scotland.
EMILY : Tu savais que j’avais atteint la fin de ma tolérance aux robes et que je voulais être à l’aise, donc elle m’a lancé cet os.
JESSICA : Et tout le monde, tout le monde a adoré ce look, et je ne l’ai jamais rendu.
EMILY : C’est dans mon armoir. Merci Michael Kors.
JESSICA : Ah, une autre Mary Poppins. [Schiaparelli]
EMILY : On peut voir qu’il y a un bout de chaussure rouge qui dépasse, des couleurs très Poppin-esque.
JESSICA : Et enfin, [Michael Kors] Emily avec son petit homme quand elle a gagné.
EMILY : [rires] J’ai cru que tu parlais de John pendant une seconde. {rires]
JESSICA : Quand elle a gagné un prix aux SAG Awards pour A Quiet Place.
EMILY : C’est marrant parce que je ne porte pas de rose dans la vie de tout les jours. Je m’habille comme un adolescent tout les jours comme le sais Jessica.
JESSICA : Je le sais.
EMILY : Donc j’aime vraiment les tapis rouges parce que c’est plein de fantaisies et ce n’est vraiment pas ce que je porte tout les jours. Je pense qu’elle m’a beaucoup appris sur l’audace et que cela peut faire ressortir un élément de vous même que vous ne connaissiez pas. Et je pense que si la robe ne vous porte pas, vous serez toujours confortable, vous voyez?

POURQUOI COMPTE-ELLE Avec deux films à promouvoir – A Quiet Place & Mary Poppins Returns – cela a été une année exceptionnelle pour Emily Blunt et sa styliste depuis 13 ans. Le mot qui n’a cessé de revenir pendant les essayages pour la promotion du film musical de Disney était “fantaisiste” dit Jessica Paster, “Nous voulions traduire la magie du film sur le tapis rouge.” Par exemple pour la première londonienne avec la robe Schiaparelli Haute Couture en soie bleu roi associée à une paire de sandales en velours rouge. “Vous ne les voyez pas vraiment, mais il y a un peu de chaussure rouge qui apparaît, des couleurs très Poppin-esque.” ajoute Emily Blunt.

TOP LOOK Emily Blunt a dominé les listes des plus belles tenues dans une robe à volant rose Michael Kors aux SAG Awards. “Michael l’a esquissé en couleur crème et Emily a dit “Je veux du rose”,” se rappelle Jessica Paster, qui s’est rendue dans un magasin de peinture pour trouvé des échantillons de couleurs “s’inspirant des fleurs de cerisiers” dans Mary Poppins Returns. Emily Blunt dit : “C’est marrant parce que je ne porte pas de rose dans la vie de tout les jours.” Michael Kors ajoute : “Jessica a un très bon œil pour voir ce qui fonctionne avec Emily. Au fil des années nous avons développé une relation de confiance. Et nous nous amusons tous ensemble, ce qui est la cerise sur le gâteau.”

Emily Blunt, John Krasinski & Millicent Simmonds ont été interviewés par le média Entertainment Weekly lors de leur passage au Savannah Film Festival. Je vous propose de retrouvez leurs interviews ci dessous, accompagné de la traduction de leurs propos.




Les acteurs du film révèlent leurs idées concernant la suite de A Quiet Place.

Emily Blunt : D’une certaine manière, voir qui étaient ses gens avant que tout ceci n’arrive serait intéressant, mais je ne suis pas trop sûre, parce que je pense que c’est plus à propos du prochain chapitre et de ce qui arrive ensuite. Je pense que les gens sont investi dans cette famille … et qui sais ? Je pense que c’est un livre ouvert maintenant et surtout pour John qui travaille actuellement sur la suite. Je vais le laisser répondre à ses questions.

John Krasinski : Au départ je ne voulais rien avoir à faire avec la suite, ce n’était pas négatif, mais je trouvais que le film explorait quelque chose de spécial et unique. Mais ensuite j’ai eu cette petite idée que c’est un monde ou vous pouvez jouer, ce n’est pas un personnage, un groupe de personnage ou une histoire à refaire, c’est en réalité tout un monde, ce qui est une expérience tout à fait différente. Ce n’est pas comme dans Alien ou Jaws ou l’antagoniste est l’élément qui se répète, c’est en réalité tout un ensemble de règles et de circonstances que le monde à subit avec lequel vous pouvez jouer de manière différentes. Et je pense que j’ai très bien évité votre question.

Millicent Simmonds : J’ai trois idées différentes de ce qui pourrait se passé dans cette suite. La première, serait de revenir en arrière. Comment les aliens sont arrivés? Je pense que ça serait très cool de voir ça. La seconde serait de rester sur le présent. Est-ce qu’une autre famille vit la même chose, ou ont-ils déménager ailleurs ? La troisième serait le futur. A quoi ressemble le monde une fois les enfants devenus adultes? Qu’arrive t-il aux aliens? Avons-nous amélioré ou résolu le problème ? Je suis vraiment très curieuse à propos de ses trois idées.




Emily Blunt et John Krasinki révèlent le rôle qu’ils préfèrent de l’autre.

John Krasinki : Tout le monde se moque de moi à cause de ça, mais Le Diable s’habille en Prada a vraiment été mon introduction à elle. Celui là et My Summer of Love sont les deux premiers que j’ai vu. Mais elle va dire qu’elle n’a rien vu de ce que j’ai fait. Je rigole.

Emily Blunt : Je l’adore dans A Quiet Place, je pense qu’il est vraiment impressionnant dans ce film mais je l’adore dans Away We Go. Je trouve qu’il est juste génial dans ce film. J’adore sa grosse barbe hirsute et ses cheveux, il était tellement authentique et marrant. Je pense que c’est l’un de ses rôles que je préfère.

John Krasinki : Oh c’est gentil! J’adore ce film moi même. Je suis tellement bon dans ce film … non je plaisante. C’est génial, j’adore qu’elle aime ce film. Je ne sais pas, il doit y avoir quelque chose de personnel pour elle parce que c’est à propos d’un gars qui veut devenir père. Pour moi il n’y a rien qu’elle ne puisse faire. Je suis très fière d’elle quand elle prend des risques, comme The Girl on the Train ou Sicario que j’adore. Je trouve qu’il y a quelque chose d’incroyablement fort et complexe dans sa manière de faire, dans sa maîtrise. Et j’adore qu’elle puisse jouer un personnage comme dans Sicario qui se contient, et ensuite un autre comme Mary Poppins avec cette énorme personnalité en un claquement de doigt. Cela me prendrait 64 ans pour essayer de faire ça.

octobre 13, 2018  Amande No comments Association, Divers, Traduction, Vidéo

Disney a sorti une nouvelle série de vidéo afin de célébré la journée internationale de la fille (11 octobre 2018) à laquelle Emily Blunt à participé. Dans cette série de vidéo utilisant le hashtag #DreamBigPrincess, des femmes offrent des conseils et de l’inspiration a la prochaine génération de dirigeantes.

Produite et réalisé par la fondation Girl Up, les vidéos racontent les histoires de 20 femmes travaillant dans les domaines de l’art, du divertissement, de la mode, du droit, de la médecine, de la politique, de la science, du sport et de la technologie.

Emily a été interviewé pour E! News par la cinéaste adolescente Marisa Torre.

A propos de son début de carrière : Je n’avais vraiment pas l’intention de devenir actrice. Je voulais aller à l’université étudier les langues modernes. Et j’ai fais une pièce de théâtre qui a été jusqu’à un festival de théâtre à Édimbourg. Un agent est venu me voir, j’avais 17 ans, et il m’a dit ‘Je pense que tu pourrais être très bien et faire ça’. Je me suis dit ‘Oh? OK.’ Je ne pensait pas à l’époque que ça marcherait. Je me suis dit que j’allais essayer et voir si ça me convenait.

A propos de son bégaiement : En fin de compte, je pense que tout le monde a quelque chose, vous savez? Et le bégaiement était juste mon truc, et mon revers, que je devais vaincre. Mais je crois beaucoup aux revers, vous n’avez pas à les prendre durement. Il y a du soutien. Vous pouvez le surmonter. Cela peut être que temporaire. Cela ne devrait pas définir qui vous êtes. Cela m’a beaucoup appris, d’avoir un tel revers.

A propos de ce qui l’inspire le plus dans son travail : La capacité a vraiment pouvoir se glisser dans les chaussures d’autres personnes, et de vraiment comprendre l’expérience humaine à un niveau assez profond – si vous êtes prêt à aller là-bas et a jouer des personnages qui sont vraiment différents de vous. Je suis souvent très inspirée par les personnages que je joue et j’en apprend beaucoup sur moi même.

A propos du rôle qu’elle a préféré jouer : Je dois dire que j’ai vraiment adoré jouer Mary Poppins. C’est un personnage tellement exquis parce qu’elle a tellement de qualités fabuleuses, elle est tellement vaniteuse, impolie et drôle et excentrique et étrange et pourtant pleine d’empathie. Elle prétend qu’elle ne l’est pas, et je pense que c’est une exquise dualité dans le personnage. C’était magnifique de l’incarner donc je dirais que c’est probablement mon rôle préféré.

A propos d’inspirer ses deux filles : Je veux qu’elles revendiquent que le mot “ambition” soit très important et positif. Que l’idée d’être autonome, d’être un individu et de faire ce que vous aimez, c’est vraiment ce que je veux pour elles.

A propos de ce que “rêver en grand” signifie : Il y a une réplique ou Mary Poppins dit “Tout est possible. Même l’impossible.” Je pense que ça symbolise vraiment ce que rêver en grand signifie : l’idée que si vous voulez quelque chose de grand, l’univers va comploter pour vous le donner.

Chaque vidéo de la série sera partagée sur les plateformes multimédias mondiales de Disney dans le cadre d’une campagne mondiale visant à débloquer un don pouvant atteindre 1 million de dollars au profit de Girl Up. Pour chaque partage ou like d’une vidéo ou d’une photo publiée avec #DreamBigPrincess sur Facebook, Instagram ou Twitter, Disney Worldwide Services versera 1$ à Girl Up. L’initiative est ouverte jusqu’au 20 novembre 2018.

Voir l’article original sur E! News 

juillet 31, 2018  Amande No comments Film, Jungle Cruise, Tournage, Traduction, Vidéo

Disney vient de dévoiler une vidéo promotionnelle avec Emily Blunt et Dwayne Johnson afin d’accueillir les fans dans cette nouvelle aventure qu’est leur prochain film : Jungle Cruise. Retrouvez la vidéo ci dessous accompagnée de la traduction.

Emily Blunt : Bonjour, bienvenue à tous sur le tournage de Jungle Cruise. Je suis très excitée de vous accueillir dans ce film incroyable; comme vous pouvez le voir, nous avons un magnifique chemin derrière qui sert à montrer au gens …

Dwayne Johnson : Et ensuite vous avez les magnifiques co-stars!

Emily Blunt : Wow, non désolé je pensais que c’était…

Dwayne Johnson : Je suis là.

Emily Blunt : Non c’était supposé être mon moment.

Dwayne Johnson : C’est le moment ou tu devais me dire “Hey soyons Humphrey Bogartet Kathleen Hepburn.

Emily Blunt : Kathleen? Ou bien Katharine? As-tu fais des recherches?

Dwayne Johnson : Michael Douglas et Kathleen Turner.

Emily Blunt : C’est ça, c’est juste.

Dwayne Johnson : Fred Astair et Ginger Rogers.

Emily Blunt : Ils n’ont jamais été dans la jungle!

Emily Blunt : C’est une histoire d’amour!

Dwayne Johnson : C’est une histoire d’amour oui, bienvenue dans Jungle Cruise!

Emily Blunt : Ça va être génial!

Dwayne Johnson : L’aventure d’une vie !

Emily Blunt : C’était ma réplique!

Dwayne Johnson : Attends, je suis désolé, attends, reviens. Une seconde. Allez reviens! C’est la meilleure!

Emily Blunt & Dwayne Johnson : On plaisante!

Emily Blunt : Bienvenue dans l’aventure d’une vie!

Dwayne Johnson : Non!

Emily Blunt : Non ce n’était pas moi!

avril 17, 2018  Amande No comments Interview, Traduction

Comme annoncé précédemment, Emily fait l’une des couverture du magazine Variety et je vous propose de découvrir la traduction de son interview ci dessous.

Emily Blunt, nous parle du Retour de Mary Poppins, Sans un Bruit et Edge of Tomorrow 2

Emily Blunt a instantannément su que John Krasinski devait réaliser Sans un Bruit.

Dès que son mari lui a présenté le scénario, qui se base sur une famille qui lutte pour rester en vie dans un monde où des créatures mortelles traquent le moindre bruit, Emily l’a convaincu de se glisser derrière la caméra, mais également de jouer le rôle principal. Après avoir lu sa réécriture du script, elle s’est rendu compte que Sans un Bruit serait leur première collaboration à l’écran. Elle voulait jouer sa femme, une mère enceinte désespérément prête à tout pour garder ses enfants en sécurité dans un monde menaçant. Mais ça n’a pas été aussi simple.

“J’ai lu sa version du scénario et après avoir lui avoir conseillé d’appeler une de mes amies [pour le rôle] je lui ait dit “tu devrais probablement l’appeler”, se souvient-elle. “Je dois absolument jouer ce rôle”.

La critique a adoré le film, elle encense les frissons et les peurs qu’il suscite, et le public a suivi. Sans un bruit a dominé le box-office la semaine dernière, à un niveau impressionnant de 50 millions de dollars. Deux semaines avant la première du film, Emily a bravé la tempète pour s’assoir avec Variety à New York pour parler du film, de son prochain rôle dans Le Retour de Mary Poppins, et comment elle vit Hollywood au rythme du mouvement #MeToo.

➞ Pourquoi avez-vous voulu jouer ce rôle ?

Il représentait pour moi les peurs les plus profondes de la vie. Il avait quelque chose d’incroyablement proche de moi, en temps que mère de famille. J’ai peur d’être dans un monde brutal où je ne suis plus capable de protéger mes enfants.

➞ Aimez-vous les films d’horreurs ?

Je n’en ai jamais regardé. John a fait ses propres recherches. Il en a regardé tellement, alors que je n’en ai pas regardé un seul. J’ai vu récemment la plus grande partie de Get Out mais après j’ai paniqué et je n’ai pas pu le finir. J’ai adoré, mais ces films m’empêchent de dormir.

➞ Votre rôle ne comprend presque aucun dialogue. Quels sont les défis pour pour jouer ce genre de rôles ?

J’ai toujours bien ressenti les scènes silencieuses, et la sorte de dialogue intérieur qu’elles dégagent. Parfois on est amené à croire que c’est plus impressionant d’avoir un dialogue où les répliques fusent. Ce n’est pas forcément ce qui m’attire – beaucoup de dialogue. C’est plutôt l’espace entre les personnages.

Cette famille souffre d’une terrible perte. Ils ont vraiment besoin de communiquer mais ils ne peuvent pas. Il y a tellement d’éléments entre le regret, le besoin de se faire pardonner, la colère le manque et l’amour. Les personnages ont tant besoin les uns des autre. Ils n’ont pas été capable de résoudre quoique ce soit puisqu’ils ne peuvent pas parler.

➞ Étiez-vous inquiète d’être dirigée par votre mari ?

John et moi nous sommes assez protecteurs des projets qu’on fait ensemble. On nous a demandé de faire plein de choses ensemble, mais ça ne convenait jamais parfaitement. On cherchait quelque chose avec un concept ou une idée plus large que le simple fait qu’on soit mariés. Les gens ont saisi Sans un bruit comme une expérience et un film et seulement ensuite peuvent dire “Au fait, ils sont aussi mariés”. C’est tout ce que je voulais. Je ne voulais pas que notre mariage cache l’énorme travail de réalisation de John. On ne sait pas ce que c’est de travailler l’un avec l’autre. Nous entendons toujours parler du travail de l’autre, mais en tant que soutien. C’était hyper collaboratif et excitant, parce qu’on a pas besoin d’une forme de diplomatie quand il faut vraiment se dire les choses sur ce qui marche ou ne marche pas. Je pense que je ne me suis jamais autant sentie mise en valeur en tant que personnage que ce qu’il m’a fait ressentir. On avait cette confiance.

➞ Est-ce que vous avez par moments cru que vous ne pouviez pas prendre de pause de travail ? Est-ce que vous avez essayé de fixer certaines règles comme par exemple de ne pas parler tournage à la maison ?

Non vous en parlez forcément à la maison. On conduisait ensemble à la maison, on écoutait de la musique, buvait du whisky. C’est comme ça qu’on a vécu le tournége de Sans un Bruit.

➞ Pourquoi vous n’aimiez pas les projets qu’on vous proposait de faire avec John avant Sans un Bruit ?

C’étaient des comédies romantiques sympathiques. Ce qui est sympa dans les comédies romantiques c’est de voir deux personnes se rencontrer. Tout le monde sait déjà qu’on est mariés, alors personne ne va accrocher à ça. C’était toujours trop gentillet ou où prévisible.

➞ Est-ce que vous envisagez de faire d’autres films ensemble ?

On ne cherche pas forcément à en faire d’autres, mais si il souhaite diriger une nouvelle fois je lui demanderai si il peut me laisser une petite place pour moi.

➞ Vous suivez l’actualité à propos des guerres, du terrorisme, des tueries dans les écoles, et beaucoup de choses effrayantes. Qu’est-ce que ça fait d’élever ses enfants dans cette atmosphère ?

Parfois ça fait vraiment peur. A Brooklyn, là où on vit, c’est un lieu sûr et agréable. C’est un milieu cosmopolite assez divers où on sent l’ajout d’un petit quelque chose chaque jour. Il y a beaucoup de pression au moment où on doit expliquer aux enfants. Le monde est si fragile et si brutal. Mes enfants sont encore jeunes (4 ans et 20 mois), je pense qu’expliquer les choses va être de plus en plus difficile à mesure qu’ils se rendront compte de tout.

➞ Qu’est ce qui vous a amené au Retour de Mary Poppins ?

Rob Marshall (le réalisateur), m’a appelé il y a quelques années et m’avait pitché l’idée. Le scénario n’avait pas été écrit et ils n’avaient pas non plus écrit les chansons, ils essayaient juste de construire une histoire. Il m’a expliqué que ça devait beaucoup plus ressembler aux livres. Ca se passe pendant les années 30 et la Grande Dépression, donc au même moment où P.L. Travers l’écrit. L’idée était d’avoir un fond sombre dans lequel l’espoir peut renaître du ciel. J’ai adoré l’idée et j’adore et crois beaucoup en ce film.

Ce qu’il a fait pour moi est énorme. Avoir quelqu’un comme Julie Andrews, qui est si emblématique, et jouer Mary Poppins, qui est également emblématique, j’ai ressenti un énorme poids sur mon dos. Mais Rob m’a fait ressentir les choses de façon intime et m’a encouragé, alors j’ai pu me faire ma propre version d’elle. Je n’ai pas vu l’original pendant tout le tournage. J’avais un souvenir assez flou du film dans ma mémoire de quand j’étais enfant, mais je n’ai pas voulu me distraire de la formidable version de Julie. J’ai seulement lu le livre. C’est mon interprétation de Mary Poppins.

➞ Avez vous cherché à entrer en contact avec Julie Andrews ?

Non, mais Rob m’a dit qu’elle était très excitée et qu’elle nous encourageait. J’espère qu’elle viendra à la première. Je pense que Rob va lui montrer le film à un moment donné.

➞ Quelle est votre interprétation du personnage ?

Elle est vraiment excentrique dans le livre. Elle est un peu folle, vaniteuse et impolie. Et elle m’a fait beaucoup rire ! C’est compliqué de résumer exactement mon interprétation, mais dans tous les cas c’est ce qui m’a marqué dans les pages ce livre.

➞ Comment ça a été de travailler avec Lin-Manuel Miranda ?

C’est vraiment son monde. Il se transcende dans ce milieu-là. Il a un charisme très communicatif.

➞ Est-ce qu’il s’agit d’une grosse production de comédie musicale ?

On a répété pendant 8 semaines, ce qui est inouï ! C’est comme ça que Rob travaille. Quand vous arrivez vous vous sentez très à l’aise, parce qu’il dirige comme une pièce de théâtre pour voir comment les scènes marchent et grésillent. On a répété les grandes scènes de danse et poursuivi avec deux semaines et demi de pré-enregistrement avant de commencer le tournage. En tout, cela a pris un an.

Quand j’ai vu Cherry Tree Lane pour la première fois ça a été irrésistible. Malgré le fait que le premier film a été incroyable, j’espère que celui-ci saura trouver sa propre place. C’est magique, mais aussi terre à terre. Il y a une si belle histoire derrière.

➞ Que pensez-vous des mouvements #MeToo et Time’s up et leur impact sur Hollywood ?

Je n’ai pas envie de rajouter quoi que ce soit à ce qui a déjà été dit. J’espère simplement aux bouts du compte que les voix seront entendues et qu’elles seront suivies par des actes.

➞ Est-ce que vous remarquez déjà des changements ?

Oui, quand il s’agit de signer un contrat on se bat pour tout ce que nos collègues masculins obtiennent. Ca concerne le salaire, les vols, l’hébergement,… On ressent tous avoir cette opportunité de ne pas être réticent à l’idée d’être ambitieuse. Reconquérir ce mot en lui donnant un sens positif parce qu’il avait une connotation écœurante, désagréable. Il est vu comme un signe de puissance pour les hommes, mais il est désapprouvé pour les femmes. Vous pouvez être exigeante pour signer un contrat pour vous-même sans être considérée comme difficile.

➞ Les écarts de salaire sont-ils une forme de sexisme de la part des studios ?

Oui c’est du sexisme de leur part. Les gens ont tendance à balancer des chiffres sur quel genre de film est rentable. Il y avait cette idée qu’un film ne peut pas faire de l’argent à moins qu’il est un homme au centre du film. C’est rapidement devenu un simple mythe quand on regarde Wonder Woman, Mes meilleures amies, Le Diable s’habille en Prada.

➞ Frances McDormand a plaidé pour l’ajout d’une clause d’inclusion aux contrats dans son discours aux Oscars pour inciter les productions à faire un effort pour engager davantage de femmes et de minorités. Est-ce que c’est quelque chose que vous aimeriez inclure dans vos contrats ?

C’est drôle, parce que je me rend compte que je n’aime pas trop parler de ce que je veux et de ce qu’il y a dans mon contrat parce que c’est assez intime aussi, mais je pense que c’est une idée intéressante.

➞ Est-ce que vous seriez intéressée par un film de super-héros ?

Pas spécialement.

➞ Est-ce que vous aimez les rôles d’action comme Edge of Tomorrow ?

Oui, même si c’est quand même dur. J’ai eu deux enfants depuis Edge of Tomorrow. Je pense que ça sera une approche assez différente pour mettre en forme une suite, mais je pense qu’à un moment donné ils voudront faire une suite.

Je pense que c’est important de voir des filles tout déchirer. Si on m’invite à faire ça, je continuerai à le faire.

17 avril 2018 | Traduction par Michel Beaughon pour EMILY BLUNT DAILY ©

Emily fait la couverture du magazine Variety du mois d’avril 2018, pour une édition Power of Women.


Deux articles/interviews ont été publiées sur le site de Variety. Une interview concernant ses projets professionnels et notamment A Quiet Place et Mary Poppins Returns et un article sur son implication dans la fondation de Malala Yousafzai. La traduction de cet article est disponible ci dessous. Celle de l’interview arrivera la semaine prochaine. Bonne lecture.

Emily Blunt s’investit pour Malala Fund afin de donner une chance à toutes les filles d’avoir accès à l’éducation.

Malala Yousafzai est une icône de l’émancipation des femmes. La plus jeune lauréate du prix Nobel, l’activiste pakistanaise de 20 ans a inspiré le monde avec ses croyances tenaces concernant le pouvoir de l’éducation. C’est une conviction tellement forte, qu’elle a risqué sa vie pour aller à l’école dans une zone dominée par les talibans, qu’elle a raconté ses expériences et a donné des interviews. En retour on a tenté de l’assassiner en lui tirant dessus en 2012.

Emily Blunt dit que sous le personnage d’acier qu’est Malala Yousafzai, bat le cœur d’une adolescente.

« Les gens sont intimidés par elle », dit Emily Blunt. « Ils ne se sentent pas dignes. Et pourtant il y a une telle normalité en elle. Elle est douce et subversive et brillante, mais en même temps il y a ce coté d’elle qui adore les chaussures et les habits. »

Emily Blunt, actrice des films tels que Sicario et Into the Woods, avec son époux, John Krasinski, connu pour The Office, ne sont pas que des admirateurs de Malala Yousafzai, qui s’est complètement remise de la tentative d’assassinat dont elle était la cible et qui est maintenant reconnue comme l’avocate mondiale de l’éducation. Ils usent de leur célébrité pour attirer l’attention sur sa cause et pour récolter des fonds pour la fondation Malala, l’organisation à but non lucratif qu’elle a créé en 2013 avec son père Ziauddin. La fondation espère donné aux filles à travers le monde la capacité d’avoir une éducation pendant 12 ans – et que la scolarité soit gratuite, sûre et de bonne qualité.

Ce problème est cher à Emily Blunt et John Krasinski, parents de deux filles âgées de 4 et 2 ans et ont cherché à être impliqué dans une fondation qui promeut l’éducation et les problèmes des femmes.

« Dès la première fois ou je l’ai rencontrée, j’ai su qu’Emily serait une bonne amie pour moi mais aussi pour toutes les filles qui se battent pour leur éducation, » dit Malala Yousafzai. « Je suis très reconnaissante de sa capacité à voir les visages de millions de filles dans ses propres filles. »

Jusque là, Emily Blunt et John Krasinski ont récolté de l’argent pour la fondation avec une vente aux enchères d’un rendez-vous avec eux à l’avant première New Yorkaise de leur film A Quiet Place. Pendant l’automne, le couple espère visiter la Colombie ou l’Inde pour voir le travail de Malala sur le terrain. Ce sont de nouvelles régions qui bénéficient de l’organisation. Jusqu’à maintenant elle se concentrait sur le soutien aux éducateurs dans les endroits ou il est difficile pour les filles d’aller à l’école, comme l’Afghanistan, le Nigéria, le Pakistan et les pays qui accueillent des réfugiés Syriens.

Emily Blunt a eu des retours du travail effectué sur le terrain par Malala.

« Quand Malala se rend sur place c’est très excitant parce que les femmes sont les premières dans la foule, » dit l’actrice. « Elles vous disent comment elles s’organisent. Elles vous disent ce qu’il se passe. Et nous découvrons dans ce climat dans lequel nous vivons, que quand on donne une voix aux femmes, elles l’utilisent. »

11 avril 2018 | Traduction par EMILY BLUNT DAILY ©

avril 06, 2018  Amande No comments Article, Traduction, Vidéo

A l’occasion de la sortie de A Quiet Place, Emily a réalisé plusieurs interviews, dont une avec People Magazine. Retrouvez dans la galerie un nouveau portrait d’Emily qui accompagnait l’article. La photo a été prise en juillet dernier lors de sa venue à la convention de Disney afin de promouvoir Mary Poppins Returns.

Emily Blunt parle ouvertement d’avoir été harcelée parce qu’elle bégayait enfant – et elle explique comment elle a réussit à dépassé ça.

Pour Emily Blunt, jouer la comédie l’a conduite à une carrière qu’elle aime et a 7 ans de mariage avec l’acteur John Krasinski, mais plus jeune cela la aussi aider a lutter avec un bégaiement qu’elle a toujours aujourd’hui.

Emily Blunt dit que jeune fille elle parlait en « faisant beaucoup de voix drôles différentes parce qu’elle parlait plus facilement si elle ne sonnait pas comme elle-même ». Puis, à l’âge de 12 ans un professeur l’a entendu faire ces imitations et lui a suggéré de participer à la pièce de théâtre de l’école. « Il a dit ‘Je pense que tu es drôle et que tu devrait le faire. Et as-tu pensé à le faire avec une voix différente ?’ » dit-elle au rédacteur en chef de People Jess Cagle dans sa dernière interview.

L’actrice née à Londres qui est actuellement à l’affiche du thriller horrifique A Quiet Place avec son mari John Krasinski et qui sort ce vendredi 06 avril (US), dit qu’avoir fait parti de la production de la pièce de théâtre de son école l’a fait aimé le théâtre.

Et alors que jouer l’a aidé avec le bégaiement, cela ne l’en a pas complètement débarrassé. « Cela revient encore quand je suis fatiguée ou quand j’étais enceinte, c’était encore très présent ». Mère de deux petites filles, Hazel, 4 ans et Violet 21 mois explique « C’est courent dans ma famille. J’ai un oncle, un cousin et mon grand-père qui bégaient. Cela n’a rien à voir avec l’anxiété. C’est quelque chose qui se passe dans le cerveau et qui arrive aux gens qui sont génétiquement prédisposé à l’avoir. Le pire c’est de l’avoir vers 12/13 ans ».

Emily Blunt travaille aujourd’hui avec une organisation appeler l’institut américain du bégaiement pour aider les autres.

« Ils sont fantastiques et ils ont ce moyen révolutionnaire de traiter les gens et de leur donner confiance, parce que c’est un vrai problème pour beaucoup de gens, » dit-elle. « Ce n’est pas juste les enfants. Il y a des adultes dans leur quarantaine, cinquantaine, qui ne sont pas capable d’avoir un travail qu’ils méritent parce la façon dont ils parlent est mal interprété. Cela n’a rien à avoir avec l’anxiété et la nervosité. Ce n’est rien de ce genre ». Elle continue : « C’est très moqué. Mais cette organisation est génial. Ils offrent une vraie communauté ».

06 avril 2018 | Traduction par EMILY BLUNT DAILY ©

Parlons d’un couple puissant. Mariés dans la vie, Emily Blunt et John Krasinski vont faire équipe devant la caméra pour la première fois dans le film A Quiet Place. Mais la collaboration ne se passe pas uniquement devant la caméra.

En plus de joué dans le film, John Krasinski écrira et réalisera égelement le film d’horreur/suspens. Bien que l’acteur de The Office ait déjà réalisé deux films, A Quiet Place marquera ses débuts de réalisateur pour un gros studio. (Paramount/Platinum Dunes)

Les détails sur l’intrigue du projet sont encore peu nombreux, cependant nous savons que la production commencera en septembre à New York. Nous savons également qu’Emily Blunt et John Krasinski jouerons les parents, alors que l’acteur de Suburbicon Noah Jupe vient de signé pour le rôle de leur fils.

Laura Rosenthal et Maribeth Fox sont les directrices de casting.

John Krasinski sera producteur executif, tout comme Allyson Seeger et Scott Beck & Bryan Woods, alors que Michael Bay, Andrew Form, et Brad Fuller seront les producteurs.

Source : Casey Mink pour Backstage
Traduction : Emily Blunt Daily © Creditez pour tout emprunt. Merci.

 

Le 15 juillet Emily était présente au fan event ‘D23EXPO’ de Disney en Californie. Emily est venue pour présenter et parler de Mary Poppins Returns. Elle a donc bien entendu fait des interviews et vous pouvez en retrouvez ci-dessous avec des traductions réalisé par Emily Blunt Daily.

A quel point aimez-vous Mary Poppins?

Regarder le film quand on est enfant est une expérience vraiment magique parce qu’il y a quelque chose de tellement réconfortant à propos de Mary Poppins, elle arrive et tout va bien, tout est parfait et elle crée de la magie dans leur vie, vous avez envie d’être les enfants Banks. J’espère que notre film, et je pense que c’est le cas parce que c’était une merveilleuse expérience de faire ce film, se détachera tout en en rendant hommage à l’original que nous chérissons tous. C’était excitant.

Comment rend t-il hommage? Comment il se détache de l’original, parce que vous voulez rendre hommage, mais aussi que les gens ressentent le même sentiment, tout en vous détachant?

Je pense que la ligne est très fine, c’est une ode à l’original avec des petites notes de musique, et je pense qu’il aura une sorte de semi émerveillement et les gens se diront “Oh ça m’est familier, oh ça me rappelle le film”. Nous voulions crée notre propre version de Mary et c’est sa prochaine aventure. Il y a sept autres livres qui ont été ecrit, donc c’est cool d’explorer ça.

Vous venez de travailler avec mon man crush, Lin Manuel Miranda. Comment est-ce de travailler avec un génie ? Quelqu’un qui est aussi bon dans ce qu’il fait?

Un génie fou. Un génie dément, fou et exceptionnel. C’est une personne merveilleuse et c’était une joie de travailler avec lui. Et son accent cockney est génial. Génial.

J’ai hâte de voir ça! A quel point être vous excitez à l’idée que vos filles voient le film?

Très, je suis très excitée, parce qu’elle ne peuvent pas vraiment regarder La Fille du Train ou Sicario, ce n’est pas très approprié. Donc il était temps que je fasse quelque chose que les enfants puissent voir.

J’étais une très grande fan d’elle, en tant que personne et je pense qu’enfant j’ai trouvé l’idée que cette mystérieuse et magique personne qui arrive dans leur vie et rend de nouveau tout bien était très réconfortante. L’idée que quelqu’un puisse faire ça. Je pense que les enfants ont vraiment répondu à ce manque de sentimentalisme qu’elle a également. Elle est dure et excentrique et étrange. J’ai toujours trouvé le film incroyablement magique et voulais être un des enfants Banks, comme le plupart des gens quand ils ont vu le film, il voulaient juste être un de ces enfants.

Donc nous savons que ce film se déroule 25 ans après les évènements du premier film. Que cela révèle t-il à propos de Mary Poppins? Ne vieillit-elle pas? Est-elle immortelle?

Emily Blunt : Elle ne vieillit pas. Elle a une super crème anti-rides.
Rob Marshall : Elle ne vieillit pas. Enfaite c’est un point que nous soulignons. Elle a le même âge et c’est très similaire à ce qu’il se passe dans les livres. Elle a toujours le même âge, c’est qui elle est. Elle est comme le père Noël.
Emily Blunt : Non elle ne vieillit pas. Elle est magique. Elle ne devrait jamais vieillir.

Est-elle une déesse?

Rob Marshall : Non elle ne l’est pas. Mais c’est un personnage fabuleux et magnifique auquel Emily Blunt à apporté son éclat.

Racontez nous, comment était-ce d’être dans les airs? Comment avez vous réalisé ses séquences?

Emily Blunt : Je pense que c’était probablement comme dans le film original. Je ne sais pas si c’était révolutionnaire mais j’étais sur un fil à 13 mètres de hauteure dans les airs, ce qui était […] Je ne savais pas ou regarder. Si je regardais droit devant j’étais au dessus des arbres, si je regardais en bas, Lin Manuel Miranda était tout petit. Alors je regardais en l’air en attendant que tout soit prêt. C’était terrifiant.

 

Le trailer de My Little Pony a été dévoilé. Le film d’animation qui sort le 6 octobre aux Etats-Unis et le 18 octobre en France, compte parmi son casting Emily Blunt, Liev Schreiber & Sia. Emily prête sa voix au personnage de Tempest, la méchante de l’histoire.

ET Online a dévoilé une vidéo concernant le film ou l’on découvre des extraits d’une interview d’Emily ou elle parle du film et de son personnage. Je vous ai traduit les extraits de l’interview.

L’histoire débute à Equestria, c’est un jour comme un autre, et mon personnage, Tempest arrive et commence à faire des ravages. Je pense que le public peut s’attendre à voir quelque chose de mignon et drôle mais c’est également une aventure épique.


 






Emily Blunt Daily, n’est pas le site officiel d'Emily Blunt. Je n'ai aucun contact avec Emily, sa famille, ses amis ou ses agents. Ce site n'a aucun but lucratif, et est réalisé par une fan pour les fans. Les photos qui sont dans la galerie appartiennent à leurs auteurs repectifs. Si votre/vos photo/s en font partient et que vous voulez être créditez ou que vous voulez que je les enlèvent, envoyez moi un mail à emilybluntdaily@gmail.com.